EN FR
Boutique
MENU

Nos espaces de vie, de nouvelles frontières

Guillaume Herbaut, un groupe d'adultes allophones à Givors, un groupe d'adultes et de jeunes à Valence

  • CRÉATION ARTISTES / PUBLICS

11/01 - 30/06/2021

Givors et Valence

© Louise avec Guillaume Herbaut

Photographies réalisés à Givors par Kassem, Louise, Mme Manriffa, Salim, Prewa. 

Intention artistique pensée et menée par Guillaume Herbaut, photojournaliste.

Temps de création mené à Givors sur 4 jours consécutifs en janvier 2021.

Avec Sylvie Singh, formatrice au CEFI.

Restitution à venir

Intervention portée par Stimultania et le CPA (Centre du Patrimoine Arménien), dans le cadre du programme national d'ateliers de transmission et de pratique photographique Entre les images développé par le Réseau Diagonal soutenu par le Ministère de la Culture.

Intervention inscrite au sein du programme Faire faces porté par Stimultania sur Givors en 2021, soutenu par l’Agence nationale de la cohésion des territoires, la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la ville de Givors.

Article(s) lié(s)

En 2020-2021, Stimultania s’associe avec le Centre du Patrimoine Arménien de Valence pour porter l’intervention du photojournaliste Guillaume Herbaut, invité à produire une œuvre collective avec deux groupes, à Givors et à Valence.

La thématique, impulsée par le CPA, tourne autour de la notion de frontière envisagée sous l’angle de la situation actuelle et l’expérience du confinement. Observer ces « nouvelles » limites – nos espaces de vie, les lieux du quotidien. Interroger ce que la situation sanitaire vient bouleverser ou remettre au goût du jour (frontières intimes, politiques, géographiques).

Janvier 2021, malgré le contexte encore délicat, les interventions se mettent en place. À Valence, d’abord, Guillaume Herbaut et trois participants sillonnent le quartier de Valensolles, le temps d’un week-end, chacun cherchant à rendre perceptible, selon ses propres représentations et sa sensibilité, la notion de frontière, de confinement, de limite.

À Givors, ensuite, durant quatre journées. Cette fois le photographe est accompagné de Salim, Louise, Kassem, Mme Manriffa et Prewa qui acceptent de se lancer dans l’aventure. Sous le soleil puis la tempête, avec les mots clés en tête, ils parcourent des coins de la ville, se confrontent à la photographie mais aussi à la langue et aux autres.

La rencontre fut forte et l’expérience inédite pour tous : photographe et participants ont composé ensemble, faisant face aux aléas et aux contraintes. Chacun a produit une série personnelle, dont la sélection et la post-production sont actuellement en cours.

L’exposition finale se tiendra au CPA en mai 2021 (sous réserve des consignes sanitaires) et rassemblera les productions réalisées à Givors et à Valence.

Extraits :

À écouter : l’entretien de Guillaume Herbaut dans le cadre des podcast de Stimultania “Covid 19, souvenirs et horizons d’artiste”.


Né en 1970 Guillaume Herbaut est photo reporter. Avec trois de ses congénères il fonde le collectif L’œil Public en 1995 qui devient un symbole du photoreportage. Rapidement reconnu en France et à l’international, Guillaume Herbaut se confronte à des thématiques difficiles, souvent tragiques : la guerre, la mémoire, la déforestation, les crises nationales et mondiales. Son travail est récompensé par de nombreux prix dont le prix Niepce en 2011 pour son enquête photographique sur la Zone interdite de Tchernobyl.