EN FR
Boutique
MENU

Objets en conscience

Topotrope et quatre hommes incarcérés

  • CRÉATION ARTISTES / PUBLICS

20/10/2020 - 31/01/2021

Villefranche-sur-Saône

© Stimultania

Objets conçus et fabriqués par quatre hommes incarcérés

Avec Alexandra Caunes et Julio Bescos (Topotrope), artistes plasticiens

 

Temps de création mené sur 3 jours consécutifs sur place en octobre 2020 puis à distance en novembre-décembre 2020

Restitution à venir

Intervention portée par Stimultania.

Soutenue par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le SPIP de la Maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône dans le cadre du programme Culture/justice.

Pour cette nouvelle intervention à la Maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône, le collectif d’artistes plasticiens Topotrope (Alexandra Caunes et Julio Bescos) pensent un projet qui mêle photographie et design. Ils proposent de fabriquer des objets, utiles puisque pensés pour s’intégrer dans les cellules, mais aussi intime et poétique : à l’intérieur de l’objet se cache un espace intérieur, paysage idéal visible par un système d’œilleton.

Octobre 2020, quatre hommes répondent présents et s’investissent pleinement sur la conception et le début de la fabrication de leur objet personnel. Trois journées intenses et productives qui resteront malheureusement les seules en présentiel : l’intervention subit un arrêt brutal, nouveau confinement, la Maison d’arrêt ferme ces portes. Il restait trois jours de création…

Un peu abasourdis, les artistes récupèrent en catastrophe les objets en cours. Il n’est pas question d’arrêter le projet ainsi. Par la mise en place d’une correspondance, les hommes vont pouvoir continuer à participer au projet. Un carnet est envoyé à chaque participant l’invitant à inscrire ses consignes pour finir l’objet et décrire son espace intérieur. Sur les quatre participants, deux renverront leur carnet remplis. Les consignes sont précises, complètes. La description des espaces intérieurs sont presque des poèmes…

Vient ensuite les phases de réalisation des objets, puis de mise en situation photographiques. La situation sanitaire ne s’améliorant pas, ces phases se feront à l’extérieur. Le temps s’étire. Drôle de période. Ainsi, les artistes s’adaptent, inventent et finalement choisissent de produire des photomontages pour inscrire les objets au sein d’images de cellule récoltées sur le net. Une manière de mettre l’accent sur la distance, mais aussi de confirmer la juste conception de ces objets qui s’intègrent parfaitement dans les espaces.

La dernière étape se trouve dans la réalisation du livre qui retrace cette expérience à rebondissements, témoin de l’existence de ces fabrications uniques.

Prise de vue des objets avant correspondance © Stimultania

Alexandra Caunes et Julio Bescos fonde le collectif Topotrope basé à Saint-Étienne en 2008. Topotrope est un laboratoire d’ « exploration de l’espace interstitiel entre les mots et leurs images ». Leur travail s’intéresse aux objets du quotidien, aux paysages périurbains. À partir de leurs images, ils fabriquent des histoires et des représentations hétérogènes. Topotrope a été sollicité pour plusieurs projets de création artistes/public : Givors est un nœud de cravate en 2016 dans les écoles et les associations de Givors ; en 2017 Le geste en sens contraire avec des premières Bac-pro service à la personne, à la Maison Familiale Rurale de Saint-Chamond (42).


À écouter : l’entretien d’Alexandra Caunes dans le cadre des podcast Covid 19, souvenirs et horizons d’artistes, réalisés par Stimultania en 2020.