EN FR
Boutique
MENU

PROCESSIONS – COMPLET

LES NOUES, KREIS/COLLECTIFCONTINU, DREIECK INTERFÉRENCES

  • Concert

27.05.2021

  • Strasbourg

© Kreis/CollectifContinu

JEUDI 27.05 À 18 H
PAF : 3 € ET PLUS

Limité à 35 spectateurs assis.
Distance de deux sièges entre chaque spectateur ou groupe de spectateurs venant ensemble (groupe de 6 personnes maximum).

ÉVÉNEMENT FACEBOOK

Concert au sein de l’espace d’exposition de Stimultania. Exposition en cours : Lisières de Vincent Chevillon.

Les collectifs Les Noues, Kreis/CollectifContinu et Dreieck Interférences vous invitent à la Release Party du vinyle “PROCESSIONS” de Stéphane Clor, avec Le Bestiaire Modulaire.


LE BESTIAIRE MODULAIRE

Le bestiaire modulaire est un animal étrange à plusieurs têtes qui se balance entre musiques traditionnelles, chant, improvisation, bruits et expérimentations. À chaque concert sa nouvelle configuration, pour offrir une musique brute et répétitive inspirée de mélodies inépuisables, qui finit par emporter nos esprits dans un soubresaut bestial.

Eva Blickhan – chant/violon
Lise Barkas – vielle à roue/cornemuses
Stéphane Clor – violoncelle
+ invités


© Elisa Ortertag

PROCESSIONS

Processions a été enregistré en juillet 2020 à la Chapelle Saint-Jean de Mulhouse.
Stéphane Clor y joue un violoncelle piccolo amplifié sur un ampli Roland JC-50 et utilise une pédale de freeze et un delay. Toutes les compositions sont originales avec une bonne partie d’improvisation.
Paraît le 27 mai 2021 
Artwork : Elisa Ostertag 
Mastering : Christophe Albertijn 
Mixage : Stéphane Clor
Ce disque a été enregistré grâce au soutien du festival Météo, Mulhouse. 

UNE FOULE : “C’est une procession presque mystique. Notre corps oscille, en commençant par la tête, puis tout le reste : nous avançons, sans nous en rendre compte. Nous sommes portés dans les méandres d’une musique qui traverse les âges : nous écoutons un violoncelle mais nous entendons des tambours, des vieilles à roue et des flûtes, des voix scandées et des cris. Stéphane Clor épuise ses gestes jusqu’à la corde à travers un flux qui avance sans cesse : et nous passons de l’une à l’autre, imperceptiblement. Chaque pièce est un monde, reliée aux autres par des matières sonores surprenantes. Nous écoutons du temps. Le dernier disque de Stéphane Clor est une foule. Une foule qui avance.” – Frédéric Tentelier