EN | FR
Boutique
MENU

Sur le seuil (cuisine d’ailleurs)

Benoît de Carpentier et 18 CAP restauration collective

  • CRÉATION ARTISTES / PUBLICS

04/02 - 23/05/2018

2655
© les élèves avec Benoît de Carpentier

Intervention : 22 heures à L'Établissement Régional d'Enseignement Adapté Amélie Gex, Chambéry, février 2018
Éducation par l'image avec Stimultania : 8 heures.

Avec :
Véronique Letellier, professeure spécialisée


Soutenu par la Région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de l'appel à projet Découverte Région, Passeurs de culture.

Benoît de Carpentier revient à l’EREA Amélie Gex, après une première expérience en 2017, pour explorer une autre contrée artistique avec dix huit jeunes gens en CAP restauration collective. L’objectif commun : “regarder les aliments avec un œil sensible et accéder à une perception nouvelle, décalée et singulière de la nourriture”.

Le processus est simple : sélectionner l’aliment, construire sa composition, photographier. Puis projeter l’image, y inscrire son corps, photographier. Mais derrière la simplicité se cache un monde complexe et riche. Complexe la mise en place des aliments, complexe la perception de l’image, le rapport au corps, complexe le résultat qui décolle vers des sphères étranges, irréelles.

Après la réalisation concrète des images, l’esprit divague.

Korantin et son kiwi devient “l’Œil” dans “le Trou noir”. Il est “un prêtre seul sur terre”. Flora devant un chou se transforme en “déesse de feu” ; Anaïs dans la farine se retrouve “sous la lune” ; Charline et Sandra sont “tout contre toi” sur une “île flottante”au milieu d’un “ouragan” et d’une “mer agitée”. Théo et la fraise est “top chef” “devant la grotte”. Mohamed et son sucre fondu devient “Poséidon en colère”.

“Les images produites parleront différemment à chacun. Elles s’inscrivent pour ma part dans la continuité de mon travail et témoignent de mon goût pour la narration et le mélange de différents espaces : l’espace de l’image (ici la projection) et celui du réel (les élèves). La création d’un nouvel espace singulier et fictif.

Je retrouve dans ces images mon attrait pour l’inconnu, c’est-à-dire ce goût pour m’infiltrer derrière l’apparence première des choses, à la recherche d’une sensation d’étonnement, de surprise, d’attente.

Ces images parlent donc probablement de mes perceptions mises en place dans l’enfance et qui sous-tendent ma relation au monde. Le monde étant pour moi un spectacle que j’essaie de sonder par le regard, en y restant la plupart du temps étranger. Images d’un réel inaccessible, mystérieux et caché.”

Benoît de Carpentier


PRODUCTION
Édition : Livre format 14×21 cm, 24 pages, impression n&b sur papier satin 250 g, 50 exemplaires distribués aux élèves, ÉREA, artiste, Stimultania
Graphisme : Stimultania
Parution : mai 2018

Découvrir ou télécharger le livret :

INSTALLATION IN SITU : 24 tirages A3 sur papier recyclé 160g accrochés sur tassots bois
Scénographie et installation : les élèves, Benoît de Carpentier, Véronique Letellier, Stimultania
Présentés au sein du foyer de l’ ÉREA Amélie Gex en mai 2018