EN FR
Boutique
MENU

Résidence 5 étoiles

Léonie Pondevie

  • RÉSIDENCE DE CRÉATION

01/11/2020 - 30/04/2021

Givors

1737
Note d'intention, le saumon de Givors © Léonie Pondevie

Le planning de la résidence, prévue en novembre 2020 et avril 2021, est actuellement revisité à cause des nouvelles mesures sanitaires.

Résidence soutenue par le Ministère de la Culture dans le cadre du dispositif Capsule.

En 2020, grâce au dispositif Capsule mis en place par le ministère de la Culture, la résidence de création porté par Stimultania sur le territoire de Givors s’installe sur le long terme. Elle devient « 5 étoiles » – en référence à la Cité des Étoiles, ensemble architectural emblématique de Givors, aux utopies et aux cinq branches qui traversent la ville : le fleuve Rhône, la rivière Gier, l’autoroute A47, la nationale 86 et la ligne de train Lyon/Saint-Étienne.

À l’issue de l’appel à projet lancé en juillet 2020, Stimultania invite Léonie Pondevie, artiste photographe vivant à Lorient.

Aux alentours de Bollène, des fouilles archéologiques furent organisées au XIXe siècle. On y trouva un saumon de plomb originaire de Givors. Il n’y a aucun saumon dans le Rhône. Il y a des anguilles, des aloses, des brochets, des lotes, des achigans à grande bouche, des carpes, des gobies noires ou tachetés, des mulets sauteurs ou dorés, des lamproies, des truites, des perches, des lottes. Et des esturgeons avant que la construction de deux barrages ne les fassent disparaître. Mais pas de saumon. Jamais.

J’imagine le saumon, ses écailles luisantes presque métalliques, descendant fièrement le Rhône jusqu’à Bollène où il finira enfoui et ne livrera ses secrets aux archéologues que bien plus tard. Aurait-il pu aussi remonter le canal de Givors ? C’est anachronique. Le canal est récent dans l’histoire de Givors mais appartient déjà au passé. Dévier le cours de l’eau, puis reboucher. Comme si rien ne s’était produit. Calquer l’A47 sur l’ancien tracé du canal. Nouvelles méthodes pour se déplacer, nouvelles routes. On pourrait reboucher le Rhône peut-être.

Je découvrirai plus tard que le saumon est le nom donné aux lingots antiques. Mais peu importe. Il sera un prétexte à la déambulation et à l’exploration du territoire de Givors, celui de la ville et de sa campagne.

Léonie Pondevie, extrait de la note d’intention


Léonie Pondevie est une photographe née en 1996 à Angers. Diplômée de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne, elle est membre du Collectif Nouveau Document. Pour elle, les paysages sont le reflet de notre société, ce qui la mène à se questionner sur l’anthropisation, c’est-à-dire l’impact de l’Homme sur la nature à travers la transformation des territoires, que ce soit par l’industrialisation ou encore l’urbanisation. Elle utilise de nombreux médiums et techniques tels que la vidéo, l’installation, la céramique ou le dessin. Les errances et la déambulation lui permettent de réaliser un état des lieux photographique des espaces et, dans un second temps, le logiciel Google Earth lui permet d’approfondir son travail d’enquête.