EN FR
Les mots du clic Boutique
MENU

À l’huile de coude #3

  • Cycles d’ateliers artistiques

Firminy

À l'huile de coude, cycle d'ateliers à l'IME les 4 vents de Firminy

Photographies, vidéos, collages réalisés par Amandine Thomas, Aymeric Martin, Gregory Bassano, Jocelyn Bugnazet, Lee-Loo Tranchard Duarte, Louanne Meillier, Sofiane El Moufid. 

Cycle d'ateliers artistiques conçu et mené par Stimultania.

Intervention menée sur 40 heures de février à juin 2022.

Avec Stéphanie Fluvelle, Nicolas Joassard, éducateurs techniques. 

À l'Institut Médico-Éducatif Les 4 vents, Firminy (42).

Exposition du 09 au 23 juin 2022 à la Maison de la Culture - Le Corbusier, Firminy.

Soutenue par la DRAC et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la mutuelle AG2R LA MONDIALE dans le cadre d'un financement AGIRC-ARRCO, l'IME Les 4 vents.

Stimultania poursuit le développement de son cycle d’ateliers artistiques autour de la thématique du travail à destination des jeunes en formation dans les Instituts Médico-Éducatifs de la Métropole stéphanoise. 

C’est à l’IME les 4 vents de Firminy que la nouvelle session s’est tenue en février 2022 avec sept participants âgés de 16 à 18 ans. Comme pour les autres cycles, un ensemble d’ateliers mêlant aspects artistique, pédagogique et thérapeutique s’est déroulé sur une semaine pour explorer plusieurs techniques photographiques et des pratiques nouvelles. La thématique du travail n’est pas abordée de manière frontale ou documentaire, il s’agit plutôt d’utiliser ce qui compose un environnement professionnel – les espace des ateliers d’apprentissage, les tenues professionnelles, les outils, les gestes etc – pour inventer de nouvelles formes, de nouveaux usages, de nouvelles histoires. Installer de la poésie.

S’appropriant le cadre proposé, les sept jeunes participants ont ainsi réalisé photographies, vidéos, collages et enregistrement sonore, produisant une matière conséquente et riche.

Par ces détournements, se révèlent une certaine fragilité, touchante, celle du jeune individu encore en apprentissage, mais aussi le désir de se libérer de certains codes, l’envie de fantaisie, de respiration, de pause. De beauté aussi, que l’on a tendance à oublier quand on est dans un contexte de travail – beauté des lieux, des objets, des vêtements, des couleurs. 

Extraits : “tenue professionnelle”, “blouses blanches”, “mues”, “chevalier”.

L’exposition s’est tenue en juin au sein de la Maison de la Culture Le Corbusier, éprouvant une nouvelle fois les beaux modules conçus par Jean-Michel Touzin qui se sont parfaitement intégré dans l’espace. Le vernissage a rassemblé une quarantaine de personnes, les participants, leurs familles, le personnel de l’IME et des PEP 42 et les visiteurs curieux.