EDITO

« Les œuvres d’art ne sont jamais attendues. Elles ajoutent seulement quelque chose de nouveau à un monde qu’on croyait connaître par cœur. leur intrusion dans  notre vie doit être défendue jour après jour. »

En juillet dernier, une jeune femme au pardessus crème et à la beauté hiératique gagnait des prix avec son travail sur l’Ukraine. Elle avait parcouru d’autres frontières, plus éloignées encore de son pays natal, la Pologne. Elle y était arrivée un jour de pluie ; les poissons remontaient à la surface. À l’instar de Yang Fudong qui s’était emparé d’une légende du IIIe s. pour ses films « Seven intellectuals in Bamboo Forest », Wiktoria avait croisé la route d’une femme ingénieure que, fidèle, elle n’avait plus jamais quittée.

À ce moment, l’œuvre n’existait pas encore mais l’instinct de la photographe lui dictait que Cōng Yàn et la nature luxuriante et humide pouvaient lui apprendre beaucoup. La forêt de bambous et de pierres tombales était à cent mètres de la ville nouvelle dont les sorties d’autoroute plongeaient encore dans le vide.

L’œuvre est maintenant à l’état d’expérimentation. L’atmosphère est onirique et nostalgique. L’appareil photo – celui qui efface les ombres – soutient un récit éclaté. La plasticité de l’exposition, très maîtrisée, est un hommage aux saisons, aux débuts de la photographie, quand les ombres étaient encore emprisonnées entre deux plaques de verre.

Céline Duval

« Nul ne saute par-dessus son ombre. »

Pascal Quignard
« Les ombres errantes », éditions Grasset et Fasquelle, 2002

 

Visite commentée de l’exposition
RENDEZ-VOUSLE 30.06.2019 À 18H30
Le studio photo de Stimultania à la fête du quartier Gare
RENDEZ-VOUSLE 15.06.2019 À 15H00
Ateliers photo « Sel, eau et encre », dès 8 ans
RENDEZ-VOUSLE 05.06.2019 À 14H00
<JuinJuil 2019Aout>
LunMarMerJeuVenSamDim
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31     
  • Les cavales de Stimultania

  • Le jeu Les Mots du Clic

  • La revue Expérimentations splendides