DU 04.06.2010 AU 01.08.2010

du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h 30

VERNISSAGE
vendredi 4 juin à 18 h
Entrée libre

Les constructions invisibles

Bertrand Flachot

Dessin ou photographie ? Quand on regarde l’œuvre de Bertrand Flachot, un doute subsiste. L’exposition Les constructions invisibles présente deux séries de photographies, Constellation et Involution, aux images sensitives oscillant entre abstraction et figuration et mêlant différentes techniques : photographie numérique, dessin sur ordinateur et dessin au crayon. Se faisant, Bertrand Flachot créé des œuvres qui se situent dans un entre-deux, à la frontière de deux expressions plastiques, celle de la photographie et du dessin et qui provoquent une étrange sensation. Transformées, entremêlées et visuellement indissociables. Le public dérouté s’interroge : branches et ramifications végétales photographiées ou graphisme et gribouillage de l’artiste ? Fragiles et éphémères, nerveuses et pulsionnelles, telles sont les œuvres réunies pour cette exposition qui nous ouvre les portes d’un étonnant et nouvel espace : “Les constructions invisibles”.

 

Tout d’abord il y a des photographies numériques. Celles d’un paysage exclusif, un lieu intime et source d’inspiration qui fournit à Bertrand Flachot son répertoire d’images : arbres, nids ou encore détails indistincts de végétation, tous remaniés par l’artiste. Ensuite, il y a le dessin. Quasi instantané et sur le motif, il est réalisé à même la photographie devenue prétexte au graphisme. L’ordinateur se fait palette et la photographie toile. Pourvu d’une tablette graphique et muni d’une mine de plomb l’artiste investit ses photographies. Sa gestuelle contenue déploie une écriture déliée qui se superpose au support photographique et produit une confusion.

 

Tracé dans et par l’image, le gribouillis n’est ni abstrait, ni figuratif. Il n’a de cesse de mouvoir et d’évoluer dans un continuel jeu de construction, déconstruction et reconstruction. Le dessin se mêle à la photographie pour l’intensifier et l’exacerber ou s’en détache pour la re-composer. Passant du geste classique du dessin à la photographie, l’artiste renforce les vibrations d’ombres et de lumières ainsi que les mouvements inhérents à l’image. Prolongé sur les murs de l’exposition à l’occasion d’une intervention, le dessin s’affranchit peu à peu du support pour s’étaler librement sur le mur. Plus le trait se déroule, plus il devient éphémère et délicat. Lentement il s’estompe et s’efface pour ne devenir qu’un point en suspens.

 

Dès lors, l’exposition s’apparente à la mise en espace d’une disparition d’un paysage et illustre une nouvelle approche du réel. Indéfinies et imperceptibles, enchevêtrées et insaisissables, “Les constructions invisibles” offrent la vision d’un ailleurs lointain et vacillant qui invoque métamorphose et sensibilité. De subtiles constructions en devenir et illimitées. À qui les regarde, elles semblent représenter l’envie, le désir de Bertrand Flachot de transfigurer le monde, de le réinventer et d’en donner une image inédite.

(Barbara Hyvert)

 

 

Bertrand Flachot est né en 1955. Il est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris dans laquelle il a obtenu un diplôme de scénographie sous la direction d’Hervé Fischer en 1978. Aujourd’hui, Bertrand Flachot vit et travaille en Ile de France.



Aucune exposition à venir.
ACCÉDEZ AUX ARCHIVES PHOTO