DU 03.06.2015 AU 27.06.2015

La Mostra est ouverte les mercredis et les samedis de 15h à 18h.

VERNISSAGE
03.06.15 À 18H

À 16 min en train + 5 min à pied de la gare SNCF de la Part Dieu ou de Perrache.

En partenariat avec la ville de Givors.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
LIVRET PÉDAGOGIQUE

Faire faces

Laura Tangre

En 2014, la Mostra de Givors propose à Stimultania de présenter une exposition de photographie et de coordonner une résidence autour du portrait (dont les productions seront ensuite montrées à la Mostra). Le projet est ambitieux ; Stimultania fait appel à Denis Rouvre, photographe français qui travaille sur la puissance et la fragilité de l’Homme. Les visiteurs sont confrontés à des regards : des hommes, des femmes, issus d’une tribu d’autochtones, habitants de Canala en Nouvelle-Calédonie. Les portraits sont imposants. Puissants, sévères et marqués. Le jour du vernissage, 120 habitants de la Cité des Etoiles découvrent ensemble un documentaire de Denis Rouvre, « Identités, Territoires de l’intime ».

 

La résidence, quant à elle, est une éducation du regard, elle amène les participants à « faire faces ». Stimultania confie le travail à une photojournaliste, Laura Tangre. En cinq mois, de janvier à mai 2015, elle intervient dans trois associations, quatre écoles – dans le cadre des Nouvelles Activités Périscolaires et dans le temps scolaire – travaille avec deux cent quatre-vingt dix personnes. Sans a priori, elle veut voyager dans la vie des autres, initier des rencontres.

 

L’exposition présentée à la Mostra couronne donc une expérience de création foisonnante. Sont mêlés, sans distinction aucune, les petits clichés sous cadre des enfants (qui miment leur métier rêvé), les grands papiers collés des adultes (présentant un objet emblématique), les vidéos, les tirages épinglés.

 

Une galerie de personnages regroupés en quatre problématiques : « faire face à mon visage », « incarner un personnage », « à la rencontre de l’autre », « moi au milieu des autres ». 138 tirages, 386 images projetées. Des portraits splendides, chaleureux ou risibles, distanciés ou familiers. Ou comment l’éducation à l’image permet de faire face aux autres. Céline Duval

 

« Lors d’une rencontre avec un inconnu il s’agit de « faire faces », c’est-à-dire à la fois donner des indices sur qui l’on est mais aussi être prêt à accepter l’autre. L’autre avec ses défauts, sa beauté et ses ambiguïtés. Les enfants des différentes écoles de Givors se côtoient tous les jours. Les adultes du CEFI, du centre social Camille Claudel se croisent mais ont souvent la pudeur de ne pas trop poser de questions à l’autre. Je ne connais pas ces personnes mais en les observant quelques minutes je peux déjà apercevoir des indices sur leur manière d’être. De ces indices et de ce qu’ils m’ont laissé voir de leur personnalité j’ai souhaité le partager avec le reste des participants à ces ateliers photo, avec les Givordins. Ainsi nous sommes nous à nouveau rencontrés pour mieux nous connaître. Pour cela nous nous sommes pris en photo, mais aussi nous nous sommes parlés. Qui es-tu ? À quoi dois-tu faire face ? Voilà en somme les questions posées les uns aux autres durant ces moments photographiques. » Laura Tangre



Aucune exposition à venir.
ACCÉDEZ AUX ARCHIVES PHOTO