DU 05.09.2018 AU 31.05.2019



Soutenu par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, la ville de Givors, les bailleurs OPAC 38 et 3F
COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Benoît Luisière et Stéphane Castet

Résidence de création à Givors

En 2017, Stimultania ouvre une résidence de création sur le territoire de Givors. Sur 9 semaines, un artiste est invité y à développer sa démarche, sans contrainte. Cette première expérience se clôture par l’exposition de Po Sim Sambath à la Mostra, en septembre – décembre 2017.

 

En 2018, Stimultania poursuit l’expérimentation : faire circuler les œuvres au sein de l’espace public, tout au long de la résidence. Décloisonner, bousculer les habitudes, développer une réflexion sur la présence d’artistes et d’œuvre au sein de la ville. Stimultania invite un photographe, Benoît Luisière, et un scénographe, Stéphane Castet, qui travaillent ensemble pour penser l’installation en même temps que la création. Leur mot d’ordre : « faire les choses à moitié ». Et inviter les habitants à faire le reste.

 

En novembre 2018, lors des trois premières semaines de résidence, ils ont sillonné la ville, investi les bars, fait le marché. Ils sont passés chez le coiffeur pour une coupe réglementaire ; ont refait l’enseigne lumineuse de Helder, le restaurateur portugais. Ils ont pris la pose aux côtés des gérantes des bars de la Société Récréative Portuguaise et de l’association oranaise, trônant à présent entre l’image du Président et les trophées. Ils ont rencontré les concierges et les habitants de la Cité des Étoiles. Ils ont parlé de photographie utile, d’intérieur et extérieur, d’opacité et de transparence, d’entre-soi et d’identité. Au milieu de tout cela et du reste, ils ont retapé une caravane dans un hangar gelé, la transformant en bureau d’office du tourisme mobile qui viendra investir les places et les rues de la ville, lors de leur deuxième passage, en février 2019.

 

Un troisième et dernier temps aura lieu en avril 2019.

 

Né en 1972, vit à Pamiers. Issu d’une formation de documentaliste, Benoît Luisière s’approprie les formes anonymes et ordinaires de la photographie.
Depuis 2015, il expose à Braga (Encontros da Imagem), Lannion (L’Imagerie), Metz (La Conserverie), Toulouse (Château d’Eau), Marseille (FoTo FooT), Memento Auch. Il est édité par Filigranes, Galerie 2600, Innocences et paru chez Gup, DerGreif, Phases Mag, Dienacht, Club Sandwich.

 

Né en 1976 à Brive, vit à Montauban, travaille à Toulouse et ailleurs. Diplômé en 2002 de l’institut supérieur des arts de Toulouse avec les félicitations du jury, Stéphane Castet est un artiste dont le sens du collectif l’amène à dépasser le seuil de la création personnelle pour imaginer  avec les autres et pour les autres. Il est depuis 2012 membre du collectif IPN et artiste associé à TA Toulouse. À la fois, plasticien, scénographe, faiseur d’œuvres, « ce brouilleur de genres » fait du domaine artistique son terrain de jeu où seule la création et son essence première priment. Il a collaboré avec de nombreuses institutions dans le domaine des arts actuels comme le Printemps de Septembre, Le Ciam La fabrique, Calvi on the rock, le Parvis, le centre d’art nomade, ou, plus récemment, a travaillé comme responsable régie artistique de Memento (Nouvel Espace Départemental d’art Contemporain). Il conçoit également les scénographies des expositions du musée de l’affiche à Toulouse. Invité à de nombreux événements et expositions d’art contemporains (Bricodrama, Centre d’art et de photographie de Lectoure, parcours typographique Tournecoupe) Stéphane Castet développe sa pratique artistique du bricolage autour d’une réflexion humoristique sur nos pratiques populaires et contemporaines.

 



Aucune Résidence à venir.
ACCÉDEZ AUX ARCHIVES MÉDIATION